Hommage de Serge Huard

 

Renald Lacombe, ou "Trankill" comme il aimait se faire appeler par ses camarades de moto, a été un personnage marquant du CAPM en Mauricie. Depuis plusieurs années, Trankill, aide de ses amis de l'Association motocycliste Radisson et les autres  motocyclistes de la région, à veiller au maintien des droits et libertés dans son "coin".

Il a négocié des stationnements exclusifs pour les motos à Trois-Rivières et s'est insurgé contre plusieurs injustices dans son secteur. Il était un homme affable, toujours prêt à aider. Il a participé aux assemblées et aux activités du CAPM durant de nombreuses années. Il a été un soutien et une présence constant pour le Comité d'action politique motocycliste, participant jusqu'à la fin à la Journée du loup 2018.

Bonne route, Trankill, tu vas nous manquer!

 

Jean-Pierre Wells, le procureur du CAPM durant les grandes batailles juridiques de Granby sur les silencieux et autres. Homme à la voix douce, on l'a vu exécuter son travail de juriste avec un calme de plomb et un volume tellement bas, que les juges se devaient de porter attention pour ne pas manquer de mot. On les aurait dits incapables de lui demander de parler plus fort.

Toujours prêt à porter secours ou aider son prochain, mais exaspéré par les motocyclistes qui l'interpellaient chez lui le weekend avec des contraventions "non mérités" car son numéro était publique. Sa phrase célèbre lorsqu'on lui demandait des conseils juridiques à l'improviste "ne te fie pas sur ce que je te dis, engage-toi dont un avocat!".

Motocycliste chevronné, participant aux célèbres courses "Iron Butt", il affectionnait des longues randonnées, organisateur de rallyes avec plusieurs de ses amis motocyclistes, Jean-Pierre était très "low-profile" quand on le rencontrait. Il a donné un fort coup de main au CAPM au fil des ans.

Généreux, il ne chargeait qu'un petit parti des frais qu'il aurait pu réclamer à l'organisation par souci de s'assurer la pérennité du CAPM. Atteint d'un cancer, et trouvant que les chaises de traitement à l'hôpital où il se faisait soigné inconfortables, il a fait un don pour en faire acheter des neuves pour lui et les autres en traitement.

Merci pour tout...

Collaborateur d'exception du CAPM, Roger Bernard avait la capacité exceptionnel de trouve à peu près n'importe quoi, n'importe où pour nos activités tels la Journée du loup (journée des droits et libertés motocyclistes) ou pour le Salon de la moto. Il a été longtemps le bras droit de l'organisation en matière de dépannage dernière minute.

Pince sans rire, il avait la capacité de détendre des situations avec son rire communicatif et spontané. Il égayait toutes les activités à laquelles il avait la possibilité de participer.

Roger ton sourire nous manque!

Ronald "Kamarade" Potvin a été un soutien constant et fort du CAPM. Fier représentant de la région de Sorel-Tracy et de l'Association motocycliste Vallée du Richelieu et de la Montérégie est, il était toujours au rendez-vous pour prendre et retransmettre les renseignements à ses"kamarades" motocyclistes.

Sortie du mileu syndicale, il apportait de l'ordre dans les réunions, n'hésitant pas à rappeler une assemblée à l'ordre quand la discussion dérivait du sujet principale.

Donald Lauzière était surnommé «le pape à moto» par les motocyclistes ainsi que les citoyens des paroisses où il a servi. Son amour pour ses engins à deux roues et leurs occupants était légendaire. Donald a longtemps a été fier partisan mais a aussi ouvré auprès de la fédération motocycliste du Québec durant près de 30 ans.

C'était une voix rassembleur et il apportait des reflexions sur comment nous pouvions mieux nous unir pour travailler ensemble. Il est décédé en faisant ce qu'il aimait le plus, après parler à son Dieu...rouler en moto.

Veille sur nous de ton ciel, Donald! 

Gilbert Perreault fût longtemps notre marchand, vendant les articles promotionnels du CAPM et faisant, par le fait même, notre publicité. Représentant des ventes de profession, c'était l'homme tout indiqué pour entreprendre cette tâche. Il avait de l'entregent et de la jasette à souhait. Il pouvait dire à un coup d'oeil quelle grandeur de vêtement vous alliez avoir besoin.

Il a parcouru des milliers de kilomètres d'abord avec sa moto trainant une remorque de marchandise. Éventuellement, il s'est procuré un engin à trois roues et finalement un Spyder pour s'acquitter de ses "devoirs". 

À l'époque où le loup fût le symbole du CAPM, il avait fait empailler un espèce capturé par un trappeur, pour l'apporter dans les activités du CAPM. C'était une curiousité, certes, mais il en était très fière.

Au revoir cher ami!

 

Marc St-Laurent était un homme reconnu par ses pairs pour «son apport considérable, décisif et exceptionnel au motocyclisme». Durant une période tumultueuse de l'histoire de la Fédération motocycliste du Québec, son leadership exceptionnel a contribué à faire de la FMQ l'organisation respectée qu'elle est aujourd'hui.

Pendant des années, il a travaillé avec une grande détermination pour aider à mettre en place une organisation de défense et de promotion des droits des motocyclistes. Ces efforts ont conduit à la création du Comité d’action politique, et il est devenu le premier partisan à vie du CAPM.

Il a co-rédigé et présenté le premier mémoire du FMQ concernant la sécurité des motocyclettes à l’intention de la commission parlementaire.

Marc St-Laurent a été l'une des figures les plus remarquables du motocyclisme organisé au Québec. Ce motocycliste idéaliste et passionné a fait preuve d'un leadership remarquable, soutenant ses paroles avec ses action - souvent à temps plein, toujours en tant que bénévole - ne cherchant jamais des honneurs pour lui-même.

Repose en paix notre ami.